Financement participatif, mécénat, etc.

Le financement participatif, ou « crowdfunding » pour ceux qui préfèrent un terme anglophone qui fait toujours, on se demande pourquoi, plus moderne, est très à la mode aujourd’hui. C’est sans doute grâce à internet, et à des plateformes en ligne inspirant de plus en plus confiance, que vous pouvez aujourd’hui financer des projets divers et variés, près de chez vous ou de l’autre côté de la planète. Le principe est que des contreparties vous sont proposées (que vous pouvez d’ailleurs généralement refuser), selon une règle simple : plus vous donnez, plus les contreparties s’accumulent.

Ainsi, pour les gourmands qui habitent le Loir-et-Cher, vous pouvez aller faire un tour par ici pour soutenir un projet de pâtisserie mobile où les contreparties vont d’un remerciement nominatif pour 15 € à un colis trimestriel de macarons ajouté à d’autres « cadeaux » intermédiaires pour 1000 €. Mais la contrepartie historique, qui existait déjà bien avant internet, c’est… la déduction fiscale. Ainsi, vous pouvez par exemple retrouver de nombreux projets à soutenir, contre ladite déduction, sur le site de la Fondation du patrimoine, où il est d’ailleurs assez simple de faire une recherche géographique, ce qui vous permet de trouver un projet proche de chez vous, de votre lieu de vacances préféré, etc. Du pigeonnier de Soucelles dans le Maine-et-Loire au tableau « L’adoration des bergers » de l’église de Lhomme, dans la Sarthe, les possibilités sont nombreuses et variées. Premier coup de cœur de notre blog pour deux projets (1, 2) du musée régional de l’air de Marcé (Maine-et-Loire) qui illustrent ce que sont en principe le financement participatif et /ou le mécénat : des projets de passionnés, financés par des passionnés. Ou alors des projets de passionnés, financés par des amoureux d’un territoire, ce que vous propose par exemple la plateforme Commeon où les amoureux de la vallée du Loir (partie sarthoise), dont vous faites forcément partie, peuvent en ce moment contribuer à un projet de voyage numérique.

Mais derrière tous ces projets, on retrouve bien souvent des bénévoles et des professionnels enthousiastes, à qui ces campagnes de financement permettent d’abord de partager leurs passions et de faire connaître au plus grand nombre les initiatives qui permettent de valoriser et d’animer leur territoire. Aussi, Dans ma vallée vous emmènera régulièrement à la rencontre de doux dingues qui non seulement persistent à croire que l’innovation et la créativité ont toute leur place en milieu rural, mais qui osent penser qu’ils peuvent entraîner avec eux des citoyens se sentant concernés par leurs initiatives. On adore !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *